Bonne année 2022

Bonne année 2022

Chers Membres,

 L’année passée j’avais commencé mes vœux en précisant que l’année 2020 fut particulièrement difficile.  Que dire de l’année 2021 ? Que c’était encore plus difficile ? Heureusement nous avons pu nous adapter et votre solidarité et fidélité ont fait que le BBC est toujours en pleine forme.  Merci à vous tous !

Cette année mes vœux seront autres. Vous avez remarqué que les clubs de bridge en Flandre sont fermés tandis que les clubs francophones continuent leurs activités.  Une situation absurde qui perturbe notre Championnat National.  La question qui est à l’origine de de cette situation :  est-ce que le bridge est un sport ?  Et les discussions sur le sujet sont animées et sans fin… Tout a commencé en 2015 quand SPORT England, l’organisation gouvernementale chargée d’attribuer des subventions aux différents sports, comparaît le Bridge au tricot.  Il estimait qu’au bridge il n’y avait aucune activité physique et du coup on ne pouvait pas le considérer comme sport. De cette manière il ne devait pas accorder des subventions ni donner des privilèges à l’EBL (English Bridge Union). Pourtant José Damiani, ancien Président Européen et Mondial a fait tout ce qu’il pouvait, et continue à le faire, pour la reconnaissance du bridge. En 2002 le bridge figure au programme du JO de Salt Lake City en tant que sport d’attraction.  L’espagnol Juan Samaranch, alors Président du CIO était sous le charme du bridge et avait déclaré : “Je suis incapable de vous donner une définition exacte du sport mais pour moi  le bridge est un sport”.  Malheureusement Mr Samaranch était à la fin de son mandat et son  successeur, notre compatriote Jacques Rogge était beaucoup moins amateur de notre discipline. Parfois il faut un peu de chance dans la vie. C’est clair que le Bridge ne l’a pas encore eue.

La Ligue Francophone de Bridge est membre de l’AISF (l’Association Interfédérale du Sport Francophone ). Avec l’aide précieuse de cette association nous avons pu introduire au début de la pandémie un dossier à la Ministre Valérie Glatigny. Notre protocole a été accepté  et depuis lors nous suivons les recommandations de l’AISF qui nous considère comme un sport à l’intérieur.  Un bon choix car depuis le début de la pandémie aucun club n’a été confronté à une contamination du virus pendant son activité.  En ce moment cette constatation est plus importante que la simple question : le Bridge est-il un sport ?Nous avons besoin d’un statut et encore merci à l’AISF de nous avoir pris sous son aile.  Car oui nous sommes un sport ! Un sport de l’esprit qui permet à des millions de personnes de jouer chaque jour des tournois amicaux et/ou en compétition. Le bridge est même plus qu’un sport car il permet aux jeunes d’apprendre les maths dans les écoles, à des personnes seules de sortir de leur solitude, à des personnes âgées de maintenir leur forme.

Espérons que le variant Omicron soit le dernier épisode du virus et que cette année nous pourrons  accueillir quelques membres que nous n’avons pas vus depuis longtemps.

Encore un petit effort !

Prenez soin de vous,

Alain Labaere